TOP 12_02_2018Repas simple et convivial ouvert à tous et sans inscription ; participation libre sur place ; venez avec vos voisins, vos amis, une personne seule…

Des personnes, heureuses de se retrouver, préparent et partagent un repas, en laissant la possibilité à d’autres de les rejoindre. Les ‘invités’ ne sont pas nécessairement croyants ou pratiquants.

Le lundi, dès 12 h, une fois par mois à Daval, 2 rue Saint Martin à Montmorency.

 

ODERCréé par un prêtre de Montmorency il y a plus de 50 ans, son but est d’apporter une aide matérielle à diverses associations. Les fonds proviennent du gigantesque marché aux puces de l’Ascension. Toutes les aides sont les bienvenues.

Infos et contacts sur le site Internet : ici

CCFD3

Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement

Site Internet : ici

Contact local : 

Jean Labourasse 01 34 12 12 49 jlabourasse@wanadoo.fr

Saint Vincent de PaulConférences Saint Vincent de Paul

Visite aux personnes âgées, isolées, malades, aux personnes en difficulté, à domicile ou en maison de retraite.

Achèvement du Projet Pastoral de fraternité qui a permis d’accompagner une famille réfugiée syrienne jusqu’à sa pleine autonomie

A l’automne 2015, les chrétiens de la vallée de Montmorency s’étaient mobilisés une première fois pour accompagner les réfugiés syriens et irakiens venus d’Allemagne et hébergés provisoirement à la maternité de l’hôpital de Montmorency, alors désaffectée. Les flux de réfugiés syriens s’étant ensuite accélérés, les paroisses catholiques de Montmorency et protestantes d’Enghien, à l’invitation de leur curé, Hughes de La Villegeorges, et de leur pasteur, Marc Henri Vidal, ont décidé d’unir leurs forces pour accueillir une famille syrienne venue du Liban, dans le cadre des corridors humanitaires mis en place par le Ministère des Affaires Etrangères, en collaboration notamment avec la Fédération d’Entraide Protestante, le Secours Catholique. Ces corridors humanitaires avaient pour but de démontrer, qu’avec une volonté politique affirmée et en faisant appel aux ONG de solidarité internationale, il était possible de répondre à la situation d’urgence dramatique créée par la guerre civile en Syrie.

Dès l’automne, le Projet Pastoral de Fraternité (PPF) a été défini par les deux paroisses et les moyens progressivement mis en place jusqu’à l’arrivée de la famille Al Hanadeh à la Pentecôte 2018. Ce projet pastoral de fraternité était conçu comme un projet pilote pour montrer que, malgré les réticences du gouvernement qui préfère orienter les réfugiés vers la province, il est aussi possible d’accueillir en région parisienne, des familles de migrants dans de bonnes conditions pourvu que l’on se donne les moyens d’un accompagnement fraternel. 

Le Projet Pastoral de Fraternité (PPF) nous a permis d’accueillir et d’accompagner cette jeune famille de réfugiés syriens qui, à son arrivée, avait un besoin pressant de fraternité. La jeunesse des parents, leur scolarisation succincte et leur absence de formation professionnelle en raison de la guerre civile en Syrie puis de leur long séjour de réfugiés au Liban, ainsi que la maîtrise d’aucune langue étrangère compliquaient certes la tâche. Cependant leur solide volonté de se construire un avenir en France, et l’accompagnement fraternel dans la durée du PPF leur ont permis aujourd’hui de prendre en main la poursuite de leur intégration.

L’apprentissage continu et intensif du français dès leur arrivée, pour Bilal comme pour Hiba, a été l’une des premières priorités pour rendre possible leur intégration. Le financement de leur logement en a été une seconde, grâce au compte dédié au projet créé par la conférence Saint Vincent de Paul. Elle a financé le loyer, par l’intermédiaire du CPCV de Saint Prix, d’un logement social mis à la disposition par la mairie de Deuil. L’accompagnement pour les diverses démarches administratives n’ont pas manqué de chaussetrappes mais qui ont abouti à l’obtention du statut de réfugiés pour une durée de dix années et à l’accès progressifs aux droits sociaux. Les stages d’initiation à la vie professionnelle qu’ils ont suivi tous les deux au CPCV, l’obtention d’un CDI que Bilal a lui-même trouvé, la formation pour l’accession à l’emploi que Hiba poursuit jusqu’à la fin de l’année, leur permettent de disposer désormais d’une autonomie financière et de louer leur appartement.

Nous continuerons bien sûr de les entourer, parce que nous avons tissé avec eux des liens forts d’amitié, mais en les laissant conduire leur projet de vie, tout en sachant que nous serons à leur côté en cas de circonstances exceptionnelles et imprévues.

C’est cette histoire commune et l’expérience acquise ensemble que nous souhaitons aujourd’hui partager avec vous, en espérant qu’elles pourront être utiles à ceux qui hésitent encore à se lancer dans une telle aventure où nous avons tous beaucoup donné mais aussi beaucoup reçu. C’est pourquoi, au terme de deux années de notre projet, nous tenons à la disposition des personnes intéressées, des informations détaillées sur ce projet qui retracent les difficultés mais aussi la richesse de l’aventure que nous avons vécu avec Bilal, Hiba et leurs deux jeunes enfants Kadar et Walid.

Le comité de pilotage du PPF